Le choix du chapeau doit toujours respecter la forme du visage.
Voici quelques recommandations de Magalie, votre modiste.

Chapeaux d’hier et d’aujourd’hui

Une longue histoire

Voilà un accessoire extrêmement ancien, presque aussi vieux que le monde : les spécialistes estiment que dès la Préhistoire et les touts premiers « vêtements », l’homme utilisait déjà de la fourrure pour protéger ses extrémités du froid.
A ce jour, les choses sont différentes. Si certains modèles – comme le haut-de-forme – conservent une dimension « noble » et connotée, la plupart des couvre-chefs sont aujourd’hui portables par le plus grand nombre.

Le plus élégant : le chapeau

Le feutre peut être fabriqué à partir de laine de mouton ou, dans ses versions plus nobles, de lapin ou de castor.

Le Grand classique :
le fedora

C’est probablement l’un des chapeaux les plus célèbres. Il est souvent doté d’un bord large, d’une calotte creusée et d’un galon. Fabriqué dans un feutre assez souple, fin et confortable, cela lui vaut d’être parfois porté au soleil. On trouve aussi des versions réalisées en coton, en lin…

Le panama

Symbole de l’été – et des cours de Roland Garros – se définit plus par sa matière que par sa forme. C’est un chapeau de paille finement tressée, pouvant être plus ou moins anguleux, arrondi, aux bords de tailles variables.

Illustration de visage carré, triangle, coeur, ovale, rectangle et rond.

Cela étant, il empreinte souvent sa forme au fedora, disposant quasi systématiquement d’un gallon. Très souvent élégant, le panama s’adapte parfaitement à des tenues casual chic.
Chemise, pantalon blanc et sneakers basses fonctionneront à la perfection, mais le panama sublime aussi un costume porté avec un tee-shirt ou une chemise ouverte, ambiance sprezzatura. La plus grosse difficulté ne sera pas de l’assortir, mais bien de trouver le « courage » de le porter !

Pin It on Pinterest

Share This